l'ascension de St Cuthberg

En l'an de grâce 566, naquit Primont Cuthberg. Ainé de sa famille, il était destiné aux ordres. Le jeune Primont eu donc droit à l' enseignement de Dwayna jusqu'à sa majorité. C'était un enfant turbulent, qui s'attirait souvent les foudres de ses professeurs. Non pas qu'il remette l'existence et le gloire de Dwayna en question, mais plutôt qu'il avait en lui une haine profonde envers toutes les inégalités présentes dans la nature. Lui, fils du peuple, n'acceptais pas l'idée qu'il le resterait à jamais et que sa condition ne pourrait changer. Ses professeurs ne sachant que faire de cette forte tête, proposèrent à ses parents d' en faire un soufflevie servant dans l'armée impériale.

Cette idée, à la surprise collégiale, plût beaucoup au jeune Primont. Son envie de liberté et de combattre l'oppression le menèrent donc dans les rangs de l' armée impériale. Il fit ses écoles militaires et en sortit officier avec distinction, tant au combat qu'en stratégie. En fait, rien ne pouvait l' arrêter, il pouvait passer des nuit à préparer un assaut contre un camp de loyaliste et passer des heures à soigner les blessés tombés à ses cotés lors de raids anti-chaos. Sa valeur au combat n'avait d'égal qu'en arrière ligne.

Fier de lui, il décida de continuer sa carrière de militaire. Étant le meilleur de ses classes, le discours de sa promotion lui revint. Il se prononça en faveur de la défense du peuple. Qu'une armée n'était vraiment une armée que lorsqu'elle défendait les valeurs de la liberté et les gens qui y croient.Qu'en aucun cas, il ne laisseraient passer les deux empires, et ce, “de toutes les fibres de leur être”.

Il fit rapidement carrière en temps que stratège et sergent de bataille, et fût vite reconnu par ses frères pour sa hargne au combat et l'efficacité de sa foi contre les hérésies de la nature. Bien que sa foi pour Dwayna fût ardente, son discours ne plaisaient pas. Peu étaient les baronniaux prêt à entendre un jugement si dur envers les inégalités que la nature avait créé.

Jusqu'au jour ou il y eu cette période calme. Ses hommes étaient de qualité lorsqu'il y avait des ennemis à tuer mais ils s'entre-déchiraient dans l' attente. Les corvées ne suffisaient plus à calmer leurs instincts et à détourner leurs intentions: des tensions se créaient entre les militaires, qui allaient des fois très loin. Primont souffrait de cette situation. Il voulait être heureux de connaitre le calme et de ne plus croiser d'ennemis. Il voulait être heureux de savoir le peuple en sûreté mais il avait devant lui la triste réalité des hommes désœuvrés.

Il changea alors son fusil d'épaule et se fit muter dans la police militaire. Là, croyait-il, il apprendrait à calmer ses troupes et pourrait réfléchir à ce qui mène les hommes à la destruction d'eux-même. Il étudiât deux ans afin de devenir avocat militaire, ce rôle lui permettant de rencontrer les troupes ayant “mal tourné”. Il se spécialisât dans les causes perdues et acquit ses premières lettres de noblesse. Il fut bientôt reconnu comme excellent avocat. En fait, sa soif de comprendre ce qui poussait ses frères à détruire le poussa aussi dans sa carrière militaire. Il devint juge plus vite qu' il n'en faut pour le dire et publia ses pensées en 2 guides pour l'armée régulière: “de l' art de juger ses frères d'armes” et “désamorcer les conflit en occupant ses troupes”.

Sa vision de la justice se voulait éclairée. Il comprenait la valeur d'un jugement mais en connaissait aussi les travers. La lenteur d'un procès équitable était un véritable problème pour l'armée baronniale, surtout pour juger des loyalistes, ceux-ci étant habitués à jouer sur les mots et à dévier les lois à leur avantage. Lors d'un essai traitant de la nécessité de se focaliser sur la justice émotive plutôt que l'égalité juridique, il lui vint une idée lumineuse: créer des sortes de juges de combat, prompts à juger sur le champ de bataille lorsque le temps se faisait pressant. Des hommes qui seraient formés à laisser leurs intérêts personnels de coté et à motiver leurs actes de jugement par la seule idée de la défense des faibles et des opprimés sans distinction de race. Des hommes puissants servant d'avocat de juge et de bourreaux mais qui pouvaient toujours êtres mis en doute par leur supérieurs. Il laissa murir cette idée et transforma son essai en réel teste de loi. Un texte à la frontière entre religion et texte légal. un véritable dogme à suivre pour les serviteurs de la liberté, prêt à se sacrifier au nom de la justice. le “Princeps Malum Paena” plus connu sous le nom de “princeps” qui peut être traduit par “principes de punition du mal”. Cet écrit, judicieusement placé sur les bureaux des pontes militaires, donna le jour à l'ordre des répurgateurs.

Primont Cuthberg est maintenant âgé de 34 ans et se retrouve à la tête de l'ordre le plus craint de l'empire, composé d'extrémistes libertaires et des plus féroces combattants. L'ordre des répurgateurs fût une réussite sans précédent qui se répandit comme une trainée de poudre et devint même un outil important de l'emprorat: en 604, le haut répurgateur rejoignit le conseil des 13 en temps que conseiller de l'empire, au même titre que le général et titre des corneilles!

Néanmoins, cette ascension se fît sans son père: Primont s'exila vers l'an 612. Enragé contre lui même pour avoir créé ce foyer d'inégalité et de justice exécutrice, il prît congé et devint un combattant errant par monts et par vaux. Cette ermitage eu un effet crucial sur sa façon de penser. Durant son périple, il entreprit de raconter sa vie pour les générations futures. D'abord sous forme d'histoire et ensuite sous forme de journal de bord, agrémentant son récit au jour le jour en fonction des ses découvertes. Il partit d'abords rencontrer les autres cultures: les 10 baronnies originelles qu'il ne connaissait pas, suivit de la baronnies barbare. Il s'installa même à Ümbrol durant quelques mois afin de parfaire sa connaissance des enseignements chamaniques et de cette culture si spéciale propres aux tribus barbares. Ensuite, il revint couramment à Ümbrol ou il racontait ses aventures en terres chaotiques. Il était fasciné par l'inombrabilité de façon de penser développées au sein des hordes.

Après avoir étudié les dogmes humains si longtemps, il décida de lui-même de devenir missionnaire. Il croyait dur comme fer que l'éducation pourrait parvenir à changer les êtres de cette terre et à leur faire comprendre la valeur de l'âme. Durant son périple, il découvrit que l'âme humaine n'était pas la seule à mériter l'absolution: les autres créatures avaient elles aussi leur propre peuple à protéger et dont ils devaient apprendre la valeur. Une expression bien connue des carnets de St Cuthberg semble impossible à ne pas citer: “En vérité, tout peuple mérite d'être protégé par les siens. Et cet idéal commun fait de nous tous un peuple”.

Il comprit bien vite qu'il était inutile de prêcher sa religion en ces terres et trouva plus pertinent de faire découvrir des facettes inconnues de leurs dieux aux autochtones: l'amour de ses proches pour les adeptes de Maltivirion , quant aux suivant de Balow, il leur enseignait de se défaire de la logique simple et froide d'obéir aux ordres de leur empereur. Primont ne trouva par contre jamais la faille qui lui permettrait de convertir les peuples destructeurs priants Gorkhor. Le prêtre haïssait ces peuples guerriers incapables de traiter les leurs avec compassion et amour.

Avec le temps, il créa des écoles primitives dans de nombreux village, conscient du fait que l'ignorance était son pire ennemi. Que si les êtres commençaient à réfléchir, ils découvriraient la valeurs des leurs. Il se donna cette mission comme prioritaire entre toute et l'appela “la cultivation des peuples”.

3 ans après son exil, en 615, il arriva dans une grande vallée, en contrebas d'un énorme pic rocheux noir de jais. Un village d'orcs gigantesque était là. Des centaines de tentes étaient installées dans la plaine tandis que des structures en bois étaient construites à flanc du pic pour finir sur une grande demeure, dépassant toutes les autres, tant en taille qu'en hauteur. Primont se dit qu'il était temps de mettre à bien ses trois ans d'errance et d'appliquer ses théories: il allait créer des écoles dans ce cloaque infâme d'ignorance et de haine.

Bien que les hommes n'étaient pas les bienvenus, la grandeur de la ville permettait de trouver des abords tranquilles. Primont s'installa dans le quartier ouest, ou Grumbar était encore dans les mémoires. Certains orcs connaissaient même l'histoire de leur ancien dieu et savaient qu'il était le fils de Dwayna, la nature. Primont appris qu'il était dans les terres du clan Blackrock, tristement connu pour être parmi les plus anciens et fidèles adorateurs de Gorkhor. Toutes les anciennes religions était interdite dans les terres du clan et beaucoup de massacres avaient été perpétrés parmi les leurs contre ceux qui ne voulaient se soumettre au Dieux du chaos.

Dans le quartier ouest, la vie n'était pas facile et Primont dû à maintes reprises reconstruire sa demeure. Il se passait des jours ou aucun orc ne lui adressait la parole. Il continua pourtant à enseigner les bases de la civilisation par des dessins et par l'exemple. Durant le premier mois, il s' évertuait à aider les orcs qu'il pouvait, malgré que ces mêmes orcs l'ignoraient et brulaient sa tente pour lui apprendre à bafouer leur honneur: un orc aidé par un homme, on avait jamais vu ça! Primont savait que s'il était encore en vie, c'était grâce à ses pouvoir de prêtre. Ils le rendaient puissant et aucun orc n'aurait osé demander de l'aide pour ce débarrasser de cet homme gênant.

Une nuit, il fût réveillé en plein sommeil. Ça lui arrivait couramment, notamment par la chute de son abris. Mais cette fois, il fût vraiment étonné: une silhouette s'était glissé discrètement dans sa tente. Primont commença à réciter ses incantations lorsqu'il vit les yeux de la silhouette s'embraser de flammes verdâtres et distingua un grognement. Pendant un instant il crût qu'il était mort. Ses membres refusaient de bouger et il ne voyait plus rien, mais il pouvait entendre une voix dans sa tête. “Je suis la voie des anciens”, disait elle.”Retrouve moi à l'aurore dans la forêt. Suis les signes de la déesse”.

Lorsqu'il reprît conscience, la vie avait déjà repris dans les ruelles du campement. Des orcs allaient, venaient et s' affairaient avant le lever du jour. En posant un pied au sol, il se blessât sur des fins débris de roche au pied de son lit. Une pétrification. Quelqu'un l'avait pétrifié durant son sommeil. Quelqu'un qui devait avoir besoin de son aide car l'éliminer aurait été si simple. Pourtant il n'avait pas rêvé, alors…pourquoi ? Plus le temps de réfléchir de toutes façons. Le soleil était sur le point de se lever et ce rendez-vous était sa seule possibilité de contact avec les autochtones. Il replia sa tente, fît son sac et partit en direction de la forêt. Comme à son habitude, il prit le seau d'eau qu'il gardait en prévision du feu et le déposât à l'entrée d'une tente ou vivant une jeune mère.

Lorsqu'il arrivât à l'orée de la forêt, le soleil commençait à poindre à l' horizon. Il décidât de se hâter pour son rendez-vous. il demandât la route aux arbres et aux plantes qui étaient heureux de voir un serviteur de Dwayna dans la région! Les végétaux le guidèrent jusqu'à une petite clairière au cœur de la forêt. Au centre de cette clairière se trouvait un vieil orc maigrichon. Sa carrure était à peine plus grande que cette de Primont et il devait peser dans les 80 kilos tout au plus! Primont s'élançât pour lui dire bonjour et demander son nom à cet inconnu bienveillant mais celui-ci, toujours de profil, levât une main pour l'arrêter et dit doucement:
-“Mon nom ne sera pas utile: j'ai plusieurs vies en moi. J'étais jadis un chaman du clan Blackrock. Je suis un des seuls à avoir survécu et j'accueille les âmes de mes pairs jusqu'à ce qu'ils trouvent la rédemption. Le peuple de Grümbar est devenu celui de Gorkhor dans un bain de sang. Ceux qui ont résisté au carnage se sont convertis au cultes de Maltivirion et de Balow pour éviter de se faire étriper comme leurs aïeux.” Primont pris la parole
-“Alors, les disciples de Grümbar…” -“sont morts!” coupa l'orc en tournant sa tête vers Primont d'un geste brusque. Il avait les dents sérées et ces petits incendies verts qui brulaient dans ses orbites. Un silence s'installa entre eux deux. Puis, se calmant peu à peu, l'orc continua:
-“En tant que chamans, nous avons vécus plus que notre temps. nous avons vu naitre et mourir 4 générations de notre peuple. Sache que le souvenir des dieux anciens est faible. Si faible que tu dois certainement en connaitre d'avantage sur eux que le clan. Nous savons qui tu es: bien des hommes sont morts à tes cotés et nous ont parlé de toi. Tu es l'être sur lequel nous pouvons fonder nos espoirs. Tu es un agent du changement, tu as cette possibilité. L'ancien culte est gravé dans l'inconscient de notre peuple. Utilise cet inconscient pour arriver à tes fins, car nous les trouvons nobles. Voici qui t'aidera. Cette étoffe était portée par la plus grande lignée de chaman de notre clan: le tartan de la famille Durcrocs. Commence ton enseignement par un cours d'histoire et explique-leur les origines des orcs, mais ne dit rien sur Grumbar. Nous ferons ce que nous pourrons pour attirer les gens vers toi.”
-“Comment allez-vous faire? Pourquoi éviter de parler de Grümbar ?” dit Primont en agrippant le morceau d'étoffe que l' orc lui tendait.
-“Nous avons encore notre petite influence, mais le simple nom de Grümbar dans la bouche d'un humain le conduira à l'échafaud. Maintenant, part. Tu as une mission importante et complexe à accomplir”

l'orc se leva et partit à une vitesse étonnante pour son âge apparent. Primont, lui, restait bouche bée, les yeux fixés sur le tissu. Les questions se mêlaient dans sa tête. Tant de choses et si peu de temps. Il méditât et pria la déesse en ce lieu idéal. Prit son repas et sa décision: il allait suivre les conseils de l'orc. Après tout, il n'avait pas vraiment de meilleure idée. à la fin de son repas, il enroula le tartan autour de sa taille, le serra de sa ceinture et repartit vers Blackrock dans son nouvel apparat.

A son étonnement, son cours d' histoire eu des adaptes: 3 orcs venaient écouter ses histoires. La deuxième semaines, ils étaient 5 à venir une heure ou deux pour l' entendre. Un jour, un orc lui adressa la parole. Il lui demandât ou il avait trouvé son kilt. Conscient du danger de révéler ses sources, le prêtre fît un pieu mensonge:
-“Je l'ai fabriqué. Vous aimez? en voudriez-vous un?” A sa grande surprise, les 3 orcs présents acquiescèrent timidement.
-“Alors, je vais vous montrer le tissage et la couture. Il nous faut de la laine et de la teinture.Le reste viendra en son temps”.

C'est ainsi, par des exercices de couture, que Primont entama son enseignement du clan Blackrock. Au fil des semaines, il devint un personnage reconnu dans le quartier ouest. Au bout de quelques temps, des jalousies s'éveillèrent et il fût contraint de se battre en duel contre les belligérants, mais jamais il ne tua un seul d'entre eux. Après deux années, un clivage moral important grandissait dans le clan: les orcs en faveurs de la loi du plus fort et de l'honneur et les autres, en faveur de la défense du clan, qui préférait la justice plutôt que la mort pour laver un déshonneur. Les défenseurs de la vie portaient ouvertement le kilt issu des enseignement de Primont.

Un beau jour, au beau milieu de la journée, un vieil orc vint déranger le cours de Primont. Ce même orc qui l'avait aidé jadis.
-“Homme, Ravise-toi: Les rumeurs de ton enseignement agacent Grogneterre. Il arrive pour te tuer” Il y eu un grand silence suivi de chuchotements dans l'assemblée. Tous regardaient Primont et attendaient sa réaction. Primont avait entendu parler de Grogneterre.C'était le chef du clan. un orc fier, fort et intelligent. Un chef capable de tuer ses opposants et de faire tuer ceux qui auraient pu lui tenir tête. Il représentait un grand danger pour lui.Primont se levât, les yeux fixés vaguement sur l'horizon devant lui. Les rouages de sa tête tournaient à une vitesse folle: il avait peu de temps et peu de moyens à sa disposition. Après un silence qui parût interminable, il cria:
-“Mes amis, vous qui m'avez accueillit et à qui je dois la vie. Je vous en prie, pour le bien de votre clan, montrez à Grogneterre et à sa garde que vous ne laisserez plus se faire les carnages. Que vous voulez que votre peuple vive. Faites-le car vous en avez l'occasion. Voici comment: Grogneterre vient pour me tuer. Je vais le provoquer en duel –souffles dans l' assemblée– . Si nous sommes nombreux, il ne pourra pas perdre la face en refusant de se battre contre un homme. Je défendrait vos droits de ma vie car la vie mérite d'être défendue. Voici l'essence même de mon enseignement. Courrez chercher vos frères, vos familles et vos amis, nous allons lui tenir tête ici et maintenant.”

Ces paroles galvanisèrent les orcs. Dès l'instant de doute passé, ils se précipitèrent pour aller chercher les autres. Primont marchât jusqu'au centre de l'avenue principale pour voir arriver Grogneterre et tout son entourage, composé essentiellement d'admirateurs, de chef soumis et de jeunes lèche bottes convoitant sa place. Le vieil orc le rejoint.
-“Que vas-tu faire maintenant? Si tu le tues, cela mènera à des guerres de succession. Si tu te sacrifie, tes suivants seront soumis et massacrés pour l'exemple. Si tu esquive le combat, il t'écorcheront vif comme les faibles. Nous avons placé toute notre confiance en toi, Primont. N'oublie pas que tu tiens notre peuple entre tes mains.”
-“je n'ai aucun plan: je servirait ma voie, la vie et ma déesse car c'est ce qui m'a amené jusqu'ici.”
-“évite juste de prendre Grogneterre pour un crétin. C'est une façade qu'il a construit pour qu'on le sous-estime.”
-“je m'en souviendrait, vieil orc” Derrière eux, une foule s'était constituée. La plus grande partie était les adeptes de Primont. le tiers restant était constitué de curieux qui ne manqueraient cela pour rien au monde. La foule grossissait à vue d'œil, des orcs étaient sur les toits des bâtisses de bois et de boue dans l' espoir d'observer le combat. Arrivé à 30 mètres de Primont, le cortège entourant Grogneterre s'arrêta. Il s' avança dans le grand cercle formé par la foule et poussa un grognement d'une force prodigieuse. La foule se tût instantanément. Il était vraiment imposant. Juste vêtu d' un pagne de peau, d'une ceinture sertie d' un crâne d'orc en guise de boucle -sans doute un de ses prédécesseurs- et d'une paire de bottes. Son teint était d'une rare pâleur pour un orc, vraiment proche du blanc. On pouvait à peine distinguer les énormes crocs menaçants sortant de sa mâchoire. Il tenait dans une main un énorme marteau de guerre.
-“Moi, Grogneterre, chef du clan Blackrock, déclare que tu es dangereux pour le clan. Tu vas donc mourir. Soumets-toi et ta mort sera rapide. Résiste et mes chasseurs te découperont les membres en rondelle avant de te faire garnir les pieux de ma demeure.”
-“Tu as donc si peur de moi pour appeler tes chasseurs ? Viens te battre en duel si tu en es capable.” Une lueur passa dans les yeux de Grogneterre, et un léger rictus se dessina sur ses lèvres. Il ricana et ce ricanement se transformât en éclats de rire.
-“HAHAHA, j'espérais que tu dirais cela. Bien, sache que ta souffrance sera légendaire. Tu va comprendre pourquoi ce marteau nain est appelé le concasseur d'os

Un long combat suivit. Primont, de son épée et armure rutilante contre la montagne blanche brandissant un marteau démesuré. Bien que les coups mortels furent toujours esquivés ou bloqués par les combattants, des poings et des pommeaux se retrouvèrent fichés dans leurs côtes plus d'une fois. Grogneterre semblait en bon état malgré les nombreuses estafilades qu'il recevait.Bien que son torse fut parsemé de rivières rouges, ses plaies étaient superficielles. Primont, bien que protégé par son armure et sa magie, crachait ses boyaux. Il savait qu'il pouvait s'en sortir grâce à ses pouvoirs mais il lui fallait trouver une issue pacifique à ce combat. Primont, bien qu'ayant reçu une instruction de guerrier, n'avait aucun répit pour réfléchir.Il parait l'arme de l' orc, esquivait son poing, lançait son épée vers lui et encaissait un coup de boule avec son épaule. les passes d'armes se succédaient, il était à bout de souffle. la brute blanche continuait à le marteler et à encaisser ses coups sans ralentir les siens.L'énorme marteau fila vers le crâne et Primont et …

Dans un tintement aigu, la lame du prêtre se brisa. Le temps se figea. l'orc restait debout devant Primont.Le prêtre, à genoux, venait d'encaisser la frappe tant bien que mal de son bras droit. il avait l'épaule visiblement déboitée et le bras pendant. Bien que son visage se déformait de douleur, il ne laissa échapper aucun cri. L'orc se tourna,victorieux ,et écarta les bras tel un artiste au sommet de son numéro, et reçu les clameurs de son clan. Mais après quelques instants, les cris se turent et de drôles de regards se formèrent. Des regards apeurés. L'orc se retourna vers le prêtre et vit une forme humanoïde, spectrale, haute de 3 hommes environ, qui se tenait derrière Primont. Cette forme floue ressemblait vaguement à celle d'un orc géant. Grogneterre parût encore plus blanc et esquissât un mouvement de recul. Directement, il se reprit et passa de la peur à la colère:
-“Homme, tu triches dans ton duel. Vous tous, vous voyez ? On ne peut pas faire confiance aux hommes. Il n'ont aucun honneur! ils ne respectent même pas les règles d'un duel!”
-“Tu as déjà gagné ce duel” dit Primont, “j'abandonne et quitterais vos terres à l'aube. Cet avatar est là pour un autre combat, celui de ton peuple. Je te présente Grümbar, le créateur des orcs et fils de Dwayna. Ma prêtrise me donne le pouvoir de l'appeler pour veiller à ce qu'une de mes demandes soit exaucée. Ainsi, je te le demande: cesse les carnages dans ton propre peuple, lâche cette arme et laisse la justice décider des crimes de ta tribu. Cet avatar n'aura cesse de te poursuivre pour que tu t'y tienne et deviendra de plus en plus agressif. Tu dois choisir entre la justice ou ta propre mort.” L'orc se calma et fît mine de réfléchir, le yeux à demis-clos. Il toisait l'avatar de Grümbar et calculait les implications d'obéir à Primont. La forme d'orc géante fit un premier pas vers Grogneterre. Il ne bronchât pas. La forme fit un deuxième et leva le bras pour aplatir le chef de tribu. Grogneterre choisit ce moment précis pour agir: Il lança son marteau vers Primont, le rata de peu, continua son mouvement pour mettre les genoux en terre et cria “Justice”. L'avatar se figea.
-“C'était bien tenté mais il faut apprendre à viser, Grogneterre. Comme quoi la colère ne résout rien”. le chef de tribu se releva et éclata d'un grand rire sonore, ce qui rendit Primont perplexe. Quand il repris son calme, il arborait un grand sourire machiavélique et parla:
-“Tu a encore beaucoup de choses à apprendre de la colère, mécréant. Mes buts sont atteint: tu vas souffrir, me haïr, je me débarrasse de toi, d'un gêneur et de ma responsabilité de tuer les faibles qui peuvent me servir en première ligne. Tout ça pour une petite concession: les laisser porter un kilt et se juger entre eux. En passant, merci pour la statue, c'est du plus bel effet. Quel dommage que tu aie épuisé tes réserves pour invoquer cet avatar, tu en aurais bien eu besoin pour soigner ton ami”. le prêtre blêmi, se retourna en tremblant et vit le vieux chaman orc étendu par terre, immobile, son crâne profondément marqué de la forme du marteau de guerre de Grogneterre. Primont, tenant son bras cassé de sa main gauche, clopinât vers lui en gémissant. Tombât à genoux et pria pour le repos de ses âmes. Le grand orc blanc le laissa à son sort et partit victorieux avec sa cohorte de prétendants et de lèche-bottes. Tous riaient de bon cœur de ce combat. Des justes, comme s'appelaient entre eux les suivants de Primont, restèrent autour du prêtre un moment. Primont tenait le marteau dans sa main et, en mémoire de son ami, il promit que jamais plus il ne servirait a tuer un innocent. Ses litanies durèrent des heures. Les orc qui l'entouraient repartirent un peu à la foi, laissant l'homme à ses prières.

Primont se réveilla de bonne heure, réveillé par la douleur de son épaule. Il la soigna du mieux qu'il pût et commença à prendre ses affaires de voyage. Il avait accumulé bien des objets durant sa vie dans la vallée de Blackrock et il ne pouvait les emporter avec lui. Il fît alors une liste de ses objets et des noms de personnes à qui il désirait les donner. Il repensa alors au marteau de Grogneterre, fouillât ses affaires une fois de plus mais ne le trouva pas. Sans doute qu'il était resté près de la dépouille de son ami. Il sortit alors de sa tente et se retrouva face aux 3 orcs qui avaient été ses premiers élèves.Ils avaient l'air épuisés et plus sales que d'habitude.
-“Nous t'apportons un cadeau de départ, homme. Tu en auras besoin depuis que ta lame s'est brisée.” Et ils lui tendirent une superbe masse à deux main, couleur d'or et cerclée d'argent.La tête de l'arme était ronde, percée de 4 cercles, de manière à former une croix avec la partie dorée.
-“C'est le symbole de la religions de nos ancêtres. cela représente la perfection de la nature et des 4 espèces originelles. Sur ce symbole, nous sommes égaux malgré que nous soyons séparés.Nous avons pensé que ça te ferais plaisir.
-“Ce qui me fait le plus plaisir est votre geste. Et bien que ce présent soit magnifique, je comptais me servir du marteau de Grogneterre afin de veiller à mon serment: jamais plus je ne le laisserai blesser un innocent”.
-“Alors nous avons bien fait de le reforger à ta taille. C'est bien lui, le marteau de Grogneterre. Ainsi tu auras avec toi le symbole que le clan Blackrock a changé, et tu veilleras à ce qu'il suive la voie des justes, homme”. Primont prit le marteau de guerre et les remercia chaleureusement, leur remit la liste de ses affaires, les chargeât de les distribuer et de promulguer quelque conseils. Les 3 orcs acceptèrent cette mission et lui promirent de faire perdurer son enseignement dans le clan Blackrock et aux clans alentours.Ce fût enfin l'heure des adieux. Le soleil allait bientôt se lever alors le prêtre leva le camp pour aller créer d'autres écoles dans d'autres endroits. Partant comme il était arrivé: le sac a peine remplis et la tête pleine de souvenirs et d'enseignements.

Son ermitage prît fin lorsque l' Empire des 13 baronnes le rappela pour mener un peloton de répurgateur durant la bataille de Grouvake. On lui fit part de la situation et qu'il prendrait le commandement pour vaincre les restant des troupes loyalistes et chaotiques lors de cet affrontement colossal. Primont accepta cette mission au nom de son peuple qu'il ne pouvait abandonner.

Durant la bataille, les loyalistes et chaomanciens les plus puissants d' entre tous se rencontrèrent et s' en suivit le plus grand carnage jamais vu en baronnies: le combat des avatars. Des avatars des 6 religions adverses se battaient pour avoir le dessus. Après plus de 15 minutes de combat acharnés, seuls ceux des dieux combattants Maximus et Gorkhor tenaient en lice. Gorkhor n'hésita pas une seule seconde à lancer les troupes chaotique sur l' avatar de Maximus, Ce qui lui permis de prendre le dessus au prix de centaines d'orcs et des Taurens. Primont et sa troupe se devaient de remettre l'équilibre entre les deux empires ennemis et se lancèrent donc à l'assaut de l'avatar de Gorkhor, seul restant des troupes magiques des ennemis. Bien qu'affaiblit, l'avatar restait puissant. Du haut des ses 3 mètres, il massacra la plupart des répurgateurs. Il était affaiblit, bien sûr mais pas encore touché mortellement. lorsqu'il fût immobilisé, Cuthbert se lança sur lui armé de son marteau et … ce fit couper les jambes dans une ruade de l'avatar. Primont gisait maintenant à une vingtaine de mètres, ensanglanté et mourant. Il savait qu'il ne pouvait plus vaincre l'avatar libéré de ses entraves mais se préparait à mourir en héros.

C'est alors qu'il entendit une voix grave articulant péniblement son nom. ces mots provenaient d'un orc blessé à mort à une paire de mètres de lui. Cet Orc était bien bâti, une vraie montagne, blanchâtre. Cet orc lui dit:” vous ne pouvez être que Primont Cuthberg. J'ai entendu parler de vous et des vos écoles dans nos tribus. Je suis Tremblefer le chef du clan Blackrock, fils de Grogneterre, et je vais mourir au milieu des cadavres de mon peuple. Longtemps je me suis moqué de vos manières et des enseignement que vous tentiez de donner à mon peuple, mais maintenant qu'ils sont tous morts, je vous comprends. Je suis seul et maître des Blackrock mais à quoi bon: plus personne ne se souviendra de ma gloire car mon peuple s'éteint. J'aurais dû le protéger plutôt que de le conduire à la guerre. J'aurais suivi Gorkhor jusqu'au confins de l'enfer, mais vous êtes là. Et je choisis maintenant de me convertir à votre cause. Vous avez bien entendu: Gorkhor doit disparaitre.Vous n'avez aucune chance contre lui mais moi je suis un orc, le meilleur de mon clan. Si vous me soignez, je ferais tout mon possible pour tuer cet avatar qui menace vos terres. Je le jure sur tout ce qui me reste sur cette terre et sur la mémoire de mon peuple. Je ne veux pas mourir en destructeur mais en servant un véritable héros que vous êtes.” Primont fît alors un choix que personne n'aurait fait: il utilisât son dernier souffle pour croire en l'orc. Le soigna avec ce qui lui restait comme quanta magique et lui dit de prendre son armure symbole de son engagement envers l'empire, ainsi que sa masse, car il voulait croire en lui. l'orc se préparât donc et enfila l'armure enlevée de la dépouille fraîche de Primont Cuthberg. La tête haute, il prit son souffle, pria pour la repos de Primont et se tourna vers l'avatar de Gorkhor qui lui tournait le dos. Il courut alors, courut et courut comme jamais il n'avait couru. Tout d'un coup il sentit la main de Primont sur son épaule. La voix du saint se fît entendre dans sa tête: “cours,mon fils, cours et accomplit ta destinée. Car de tout les braves, tu es celui qui siègera à mes cotés pour avoir vaincu ta culture et libéré ton peuple de l'oppression”. L'orc sauta en direction de l'avatar, masse armée et criant comme un fou. L'avatar de retourna d'un trait et croisa le regard fou de son ancienne créature. Il comprit sa nouvelle allégeance trop tard pour se protéger efficacement et sentit la masse de l'orc concasser ses vertèbres, en même temps que le traitre à sa cause s'empalait sur les pointes effilées de son armure.

Les gens qui virent cette scène racontèrent qu'un orc s'élançait vers l'avatar lorsqu'une colonne de lumière vint soulever le corps de Primont Cuthberg, nu de son armure et seulement affublé de son kilt. Dans cette colonne, Primont tendit les bras vers l' orc qui se mit à briller d'une lumière bleutée jusqu'à sa mort. En ce jour de deuil, un dieu était né: Primont serait désormais appelé St Cuthberg et prié de ceux qui, comme lui, vivent pour protéger, éduquer et apporter la justice à leur peuple.

grislame/legendes/ascension-st-cuthberg.txt · Dernière modification: 11/02/2012 17:52 (modification externe)
Recent changes RSS feed Debian Powered by PHP Valid XHTML 1.0 Valid CSS Driven by DokuWiki